Sacha Capdevielle

Sacha CAPDEVIELLE

SACHA, "LA RÉPONSE ÉTAIT SOUS MES YEUX !"

 Étudiante en master de médiation scientifique à l’Université Bordeaux Montaigne, Sacha a trouvé sa voie à travers de nombreuses expériences associatives.

Sacha débute ses études, comme beaucoup de nouveaux bacheliers, avec une première année à arpenter les couloirs de la fac, sans vraiment trouver sa place dans l’effervescence de l’université. Néanmoins, elle fait partie de ces personnes qui se sont inscrites un jour, tout à fait par hasard, dans une association étudiante de médiation scientifique : M-tech.

« Au départ », souligne-t-elle, « je ne savais pas du tout comment j’avais atterri là. » Elle commence d’abord par se familiariser avec le langage de ce drôle de monde avant de réaliser que rester des heures en réunion dans les vieux amphithéâtres froids de la fac où elle étudie, ça lui convient. Pire, elle adore ça ! Au fil des années, les inconnus avec qui elle s’arrache les cheveux sur des budgets sont devenus sa famille.

L'émancipation

Alors, quand vient le temps de partir en Master de biologie marine à La Rochelle, c’est avec difficulté qu’elle quitte la joyeuse troupe. Dans sa nouvelle ville, elle décide de monter sa propre association : MarinerSea, pour organiser des événements de vulgarisation scientifique cette fois ! Mais alors qu’elle retrouve peu à peu l’ambiance de franche camaraderie qui lui avait tant manqué, l’épidémie de 2020 coupe net tous ses projets. C’est ainsi, au cours de ces longs mois de confinement coupée du monde, qu’elle a réalisé que ce qu’elle voulait faire de sa vie était juste sous ses yeux ! Fidèle à elle-même, plutôt fonceuse que craintive, elle postule pour le Master de médiation des sciences de Bordeaux pour boucler la boucle. Aujourd’hui elle ne regrette rien de son parcours atypique et a hâte de voir la suite. Quoi que l’avenir lui réserve ! 

Bien des personnes détestent les temps pluvieux. Sacha, elle, adore ça ! À condition d’avoir son parapluie préféré avec elle ! « Rien ne vaut le son de la pluie claquante sur le plastique lorsque je marche dans Bordeaux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *